Vins Bio, Biodynamiques, Naturels … Quelles différences ?

Vins Bio, Biodynamiques, Naturels … Quelles différences ?
Il y a quelques années, on entendait encore parler “d’effet de mode” autour de la viticulture bio. Aujourd’hui, face aux défis de notre société et la demande des consommateurs, ce combat est devenu une évidence. Afin de s’y retrouver parmi les différentes pratiques, voici un petit décryptage.

 

Vin Biologique

La label date de 2012 et garantit l’absence de traitement synthétique à la vigne.

C’est un premier pas mais la définition du label ne satisfait pas tout le monde puisque certaines méthodes controversées restent autorisées comme l’acidification, l’ajout de tanins, de copeaux de bois, de soufre et de levures industrielles.
 

Vin Biologique *Crédit photographique : David Kohler
*Crédit photographique : David Kohler
 

Vins Biodynamiques

Les vins issus de la Biodynamie reposent sur les recherches d’un scientifique : Rudolf Steiner (1861-1925). 100 ans plus tard, ses écrits, qui reposent sur une prise en considération des influences astrales, ont prouvé leur efficacité.

L’objectif de la biodynamie est d’améliorer la symbiose entre la vigne et la nature qui l’entoure. Pour rétablir une harmonie dans une monoculture, les vignerons ont recours à des préparations naturelles afin de “rééquilibrer” le sol.

Le vin le plus convoité au monde suit ses préceptes depuis 1996 : la Romanée Conti (Côte de Nuits, Bourgogne). On estime que moins de 2% du vignoble français suit les principes de la biodynamie.
 

Vins Biodynamiques *Crédit photographique :Laurent FIEVET - AFP
*Crédit photographique : Laurent FIEVET - AFP

Le Vin Naturel (ou Nature)

La démarche ? Ne rien enlever ni ajouter au vin.

Dans cette catégorie, on recherche l’esprit pur d’un vin : du jus de raisin fermenté, rien d’autre. En raison de son manque d’encadrement, c’est la pratique la plus clivante des trois.

Une démarche qui peut déboussoler l’amateur de vins conventionnels. Le gros débat dans cet univers ? L’ajout de soufre. Les puristes y renoncent strictement tandis que certains en argumentent le besoin afin de “tenir” le vin. Quoi qu’il en soit, son dosage reste faible : jusqu’à dix fois moins que dans un vin conventionnel.
 

Le Vin Naturel (ou Nature)  *Crédit photographique : Alyssa Mandel, Raw Wine World
*Crédit photographique : Alyssa Mandel, Raw Wine World
 
 
Voici donc quelques éléments d’information pour aider à ne pas perdre le nord dans le monde du vin, où la vie n’est pas toujours verte.
Notons que la situation évolue dans le bon sens avec une proportion grandissantes de vignes non traitées et de nombreux domaines en cours de conversion.