Mot de passe oublié

Renseignez votre email de connexion. Vous recevrez un lien pour réinitialiser votre mot de passe.

Mot de passe oublié

Votre demande a bien été prise en compte.
Vous allez recevoir un email contenant un lien pour réinitialiser votre mot de passe

Les primeurs

Présentation du millésime

L’avis des experts

Les primeurs : comment ça marche ?

Qu’est ce que l’achat en primeur ?

Typique de la place de Bordeaux, l’achat de vins en primeurs consiste à réserver une partie des vins du dernier millésime alors qu’ils sont encore en cours d’élaboration dans leur fût. Un ou deux ans plus tard, une fois le vin embouteillé, vous recevez les bouteilles que vous avez commandez.

Quel est l’intérêt de ces achats en primeur ?

Entre le moment des primeurs et le moment où le vin est livrable, celui-ci a gagné en popularité et en cote. Sa valeur aura donc augmentée. Il est par conséquent plus intéressant d’acheter en primeur, donc à l’avance, les vins qui vous plaisent dans les quantités souhaitées. En effet, plus tard il peut s’avérer compliqué de trouver tous les vins désirés, chacun ayant réservé sa part lors des primeurs.

Comment s’y prendre ?

Vous choisissez les vins qui vous plaisent et vous les ajoutez dans votre panier. Vous payez alors le montant Hors Taxes et hors frais de livraison (gratuit au-delà de 1 500 €). Une fois les vins livrables (premier semestre de N+2 pour la plupart des vins) nous vous informons de la réception dans nos chais des vins mis en bouteilles vous pourrez alors vous acquitter des frais de transport et de la TVA. À noter, si vous achetez des vins par 6 ou à l’unité, les bouteilles sont envoyées dans un carton Wineandco. Si vous commandez par lot de 12 bouteilles, celles-ci vous sont envoyées dans leur caisse bois d’origine pour les livraisons en France uniquement.

Frais de port et taxes

Une fois les vins livrables (premier semestre de N+2 pour la plupart des vins) vous devrez vous acquitter des frais de transport et des taxes en vigueur dans le pays de livraison ( TVA + droit d'accise).

Frais de port en France Métropolitaine:
De 1 à 6 bouteilles : 15€
De 7 à 12 bouteilles : 20€
De 13 à 36 bouteilles : 35€
De 37 à 59 bouteilles : 0.95€ la bouteille
Les frais de port sont offerts au-delà de 1 500 € de commande HT

Frais de port hors France Métropolitaine:
De 1 à 6 bouteilles : 20 €
De 7 à 12 bouteilles : 25€
De 13 à 24 bouteilles : 48€
A partir de 25 bouteilles : 1.80 € la bouteille

L’avis des Experts sur le millésime 2021

Wine Advocate (Robert Parker) « Le millésime 2021 de Bordeaux a confronté les viticulteurs de la région à une série de défis apparemment sans fin. Le gel, la grêle, le mildiou, les cicadelles et la pourriture ont mis à l'épreuve la capacité de réaction et d'adaptation des producteurs ; des prévisions météorologiques alarmistes et imprécises ont mis à l'épreuve la détermination de ceux qui attendaient encore de récolter ; et un pressoir prêt à damner le millésime avant même que les premiers raisins aient été récoltés ont mis à l'épreuve la patience du vigneron. (…) Les meilleurs producteurs de la région ont cependant relevé tous ces défis avec brio. Ce qui est clair, cependant, c'est que si 2021 n'est pas un grand millésime, il a produit plusieurs vins vraiment grands, ainsi que de nombreux vins bons à excellents qui procureront un plaisir immense. Présentant l'équilibre et le style d'un millésime des années 1990, mais bénéficiant de tous les progrès agronomiques et du savoir-faire technique du présent, les meilleurs rouges de 2021 sont meilleurs qu'on aurait osé l'espérer. » WILLIAM KELLEY - 29th Apr 2022 | The Wine Advocate | Issue 260 End of April 2022 La Revue du Vin de France « Disons-le franchement : 2021 ne rentrera pas dans la catégorie des “millésimes du siècle” si chers à Bordeaux. Pour autant, dans le Médoc, ce millésime ne manque pas non plus d’atouts, ayant engendré des vins digestes, élégants et peu riches en alcool (…). De Margaux à Saint-Estèphe, le millésime est assez hétérogène et les choix des vignerons sur la date de vendange, les extractions et l’élevage ont été assez déterminants. Nous pointons de très belles réussites, avec des vins de grande pureté, au contour fruité précis et aux finales sapides. Du côté de Pessac-Léognan, deux facteurs émergent de la dégustation des crus du plus historique des vignobles bordelais. Premièrement, l’avantage que constituait indéniablement le fait de disposer de terroirs précoces, souvent les plus urbains, encastrés dans la ville. La grande réussite des vins de Pessac, Haut-Brion, La Mission ou Les Carmes Haut-Brion, est à ce titre éclatante. Pour ces vins, 2021 résonne davantage comme un millésime d’élégance, de fraîcheur accrue, que comme un petit millésime. Sur l’autre rive, à Saint-Émilion, nos dégustations ont révélé un millésime froid, singulier et, ici aussi, différent des trois derniers, donnant des vins plus juteux, plus énergiques, plus frais, plus digestes, mais moins profonds (…). Après les merlots ramassés fin septembre-début octobre, les cabernets ont été cueillis jusqu’à la mi-octobre. Ils ont eu le temps de finir une maturation sans stress, sous le soleil automnal. Leur énergie et leur fruit sont la révélation de l’année. On peut qualifier de bon, voire très bon ce millésime “néo-classique”. Les degrés sont ceux que le Bordelais connaissait avant le réchauffement climatique (dans les années 1990), mais avec des maturités mieux ajustées grâce à l’évolution de la viticulture et à la patience des vignerons (…). La question qui se pose est : va-t-il vieillir ? Au regard des analyses la réponse serait oui ; à l’aune de la dégustation, c’est moins évident. L’énergie vibrante du millésime 2021 se perçoit aussi dans les vins issus des terroirs voisins de Saint-Émilion, comme Fronsac qui poursuit sa montée en puissance. » Par Karine Valentin Pierre Citerne Roberto Petronio O. Poels - Publié le 24/05/2022 Le Figaro Vin « Les généralisations ne sont ni faciles ni recommandées dans le cas d’un millésime affichant une telle disparité de qualité et de style, mais – à quelques exceptions près – les vins rouges ont tendance à être plus frais, plus légers, rappelant les bordeaux classiques des années 1980 et 1990. «C'est un style des années 1980, mais avec des raisins mûrs», songe Aymeric de Gironde, président de Château Troplong-Mondot. Le fruit est plutôt rouge que noir, avec beaucoup de framboise, et même de la rhubarbe. Il y a moins ce côté fleurs éblouissantes que dans les trois derniers millésimes, et les notes florales sont sur un spectre plus végétal – iris, violette, lilas. Les vins les moins réussis présentent un milieu de bouche plutôt creux, une acidité accablante, et souvent une surdose de bois. Les meilleurs, en revanche, sont tellement purs et apaisants, qu’on ne devinerait jamais la sueur et les larmes qu’ils ont nécessités. Pour Olivier Gautrat, maître de chai du château L’Église Clinet, ce fut « un millésime difficile, fatigant. On avait perdu l'habitude de raisins un peu moins explosifs en termes de goût. On s'est fait très peur, mais plus on les goûte, plus on les trouve charmeurs ». Ella Lister - Publié le 13/05/2022

Présentation du Millésime 2021

Quelle année ! Épuisante pour les vignerons qui ont subi tour à tour le gel, les fortes pluies et un été en demi-teinte, heureusement sauvé par les mois de septembre et octobre ensoleillés…

L’hiver 2021 fût plutôt doux et a provoqué un débourrement assez précoce début mars. S’en suit un épisode de gel en avril et des pluies abondantes en mai et juin. L’été est frais et la vigne se développe lentement…

L’année 2021 marque ainsi un véritable changement vis-à-vis des trois dernières années (2018, 2019 et 2020). C’est un millésime de vigneron, ou chaque propriété et domaine, par ses choix, a dû assumer le profil de son vin.

Pourtant, et ceux pour plusieurs raisons, le style des vins s’en sort merveilleusement bien… C’est même un grand soulagement pour les producteurs à l’issue des sorties des dégustations. Un millésime plus frais donc, qui se traduit par des degrés d’alcool plus raisonnables et une trame tendue, délicate, gourmande et sapide. Un millésime plus facile à boire dans la jeunesse sans manquer de potentiel de garde (grâce à des acidités élevées qui favorise le processus de vieillissement).

On retrouve des grands rouges de gastronomie avec des buvabilités accessibles sur les fruits rouges éclatants, des finesses complexes et séduisantes. Les Blancs sont également favorisés par cette année douce : des acidités maintenues leur confèrent une trame saline, minérale et rafraîchissante.

Une année de caractère pour un millésime au volume très restreint ou les notes presses auront encore d’avantage de mérite aux sus des aléas climatiques auxquels on du faire face les vignerons.