(0 avis) Mâcon Azé

Le long du val de Mouge, empruntant un moment la grande vallée mâconnaise d’orientation sud-sud-ouest/nord-nord-est, le village d’Azé étire son vignoble de part et d’autre des versants contigus aux aires d’appellation Mâcon-Lugny au nord et Mâcon-Igé au sud.

Comme Solutré, le site d’Azé peut légitimement revendiquer le rang de haut-lieu géologique et archéologique. En effet, les grottes de la Balme, explorées de façon scientifique à partir de 1920, constituent un lieu d’observation privilégié de l’ossature sédimentaire bourguignonne, formée lors de la période Secondaire, il y a 165 millions d’années. Les galeries ont en outre livré les traces d’une occupation humaine parmi les plus anciennes de Bourgogne, datées du paléolithique inférieur (- 300 000 ans).

Fort de ce très ancien peuplement et jouissant d’un territoire alimenté en eau, aux nombreux moulins et lavoirs, le village d’Azé bénéficie d’une mise en valeur précoce à l’initiative de domaines gallo-romains puis aristocratiques. Les caves et les imposants pressoirs des Châteaux d’Aine, de Vaux-sur-Aine et de Montaigre témoignent ainsi de la richesse foncière de leurs anciens propriétaires.

Nettement délimité entre les lignes de crêtes, le vignoble s’étale de 250 à 440 mètres d’altitude, en lisière des bois de la Montagne de Rochebin (383 mètres), du Mont Pelé (411 mètres), de Normont (496 mètres) et à l’est, de l’Atelier (358 mètres). Le contexte physique du Mâconnais central, ouvert aux courants dominants nord-sud, procure douceur des températures et précipitations dans la moyenne mâconnaise (850 mm par an).

Suivant la série de couches géologiques d’âge jurassique moyen et supérieur (- 170 à - 150 millions d’années) de la grande vallée mâconnaise d’ouest en est, les versants déclinent une alternance de calcaires massifs et de marnes tendres : sols très caillouteux carbonatés et peu profonds du coteau exposé au levant (les Platières), notamment favorable au Gamay, mais aussi sols argilo-limoneux sur substrat marno-calcaires sur le revers de côte orienté au couchant (en Chatenay) et au midi vers le hameau de Conflans (lieu-dit Saint-Jean).

Erreur